Comment protéger notre chien du froid

Combien de fois pensons-nous : « Avec cette humidité, j’ai mal partout ! » ou bien « mes articulations, sent-t-elles le temps ?». Cela vaut aussi pour votre chien. Nous ne devons pas sous-estimer l’influence du climat et des températures sur son bien-être et leur effet sur sa musculature, ses articulations ou sur des vieux traumatismes ou blessures.
Qu’il s’agisse d’un chien pas plus jeune, d’un athlète ou d’un chiot, il est important de le protéger des inversions de température. Il vit à la maison avec nous, où les radiateurs et les poêles sont allumés, on maintient une température presque estivale et après on sort en promenade sous la pluie ou avec la neige à des températures qui touchent le zéro.
Le chien est pourvu de poil, sous-poil et couche adipeuse, mais le froid et l’humidité, à long terme, peuvent causer des problèmes musculaires et articulaires, problèmes aux extrémités ou réaggraver des vieux traumatismes.

Si notre chien n’est plus très jeune ou il est handicapé, il peut être opportun, quand on sort, le couvrir avec un manteau. Les pattes seront nues, mais le dos et le cou de votre chien vont vous remercier. Se promener bien couverts permet aux muscles de maintenir leur température et d’éviter les contractures. Si la démarche n’est pas trop sûre, promenez-le avec une harnais pour le soutenir mieux et éviter qu’il glisse ou bouge brusquement en causant des contracture ou des lésions plus graves, comme des luxations.

Le mouvement constant et correcte est la première règle pour préserver la santé du système locomoteur. Par exemple, des promenades quotidiens sur des terrains plats à des différents vitesses. Avec le chiot, il est important d’essayer des surfaces différentes avec des obstacles, pour améliorer ses capacité proprioceptives et avoir une réponse vite des mécanismes de mouvement. Cet exercice, fait avec l’attention nécessaire, est utile aussi pour maintenir active l’esprit et les réflexes du chien qui n’est plus jeune.

Au retour de la promenade (ou après une compétition) il est très utile d’utiliser la thermothérapie à travers la chaleur : il suffit de placer une boule d’eau chaude sur la partie qui tend à se contracter pour 10-15 minutes. La chaleur cause l’augmentation du fluxe sanguin local, la diminution de la douleur, l’effet myorelaxant et la majeure extensibilité des tissus.

La température de la peau et du tissu sous-cutané augmente de 5°C après 6 minutes et se maintient jusqu’à 30 minutes. La seule contre-indication est en cas de néoplasies malignes ou œdème.(A)(E)

Dans les changements de saison et pendant l’hiver, pour les chiens avec des besoin particuliers (âgés, handicapé, traumatisé, sportifs) il est important de tenir une alimentation équilibrée et d’intégrer avec des nutraceutiques spécifiques pour la protection des articulations et le maintien de la mobilité articulaire. Ces produits contiennent des substances capables de ralentir ou contraster la dégénérescence des cartilages articulaires (B) et de contraster les radicaux libres, nuisibles pour les cellules.

Là où on observe des manifestation douloureuses (par exemple la boiterie), la physiothérapie (thérapie manuelle et instrumentale) contribue à la réduction de l’administration de médicaments et à l’amélioration du bien-être du chien. Masser la partie, faire de l’étirement et des mouvements passifs, laserthérapie, técarthérapie, magnétothérapie et électrostimulation contribuent à maintenir le ton musculaire et le mouvement articulaire et surtout ont une efficacité optimale sur la réduction de l’inflammation et donc de la douleur. (A)(E)

La prévention avant tout. Commencer avec ces attentions quand le chien est jeune va lui assurer une vie en « meilleur mouvement ».

(A) Dragone L., Fisioterapia riabilitativa del cane e del gatto, Elsevier

(B) Panichi E., Dragone L., Colpo R., Vezzoni A., La displasia dell’anca del cane dalla diagnosi alla terapia

(C) Zink M.C., Van Dyke J.B., canine Sports medicine and Rehabilitation, Wiley-Blackwell

(D) Grandjean D., Pratical guide for sporting & working dogs

(E) Della Rocca G., Bufalari A., Terapia del dolore negli animali da compagnia, Poletto Ed.